Les pèlerinages diocésains liégeois

Récit : Le vitrail, éclat de lumière et de vie

Poster un commentaire

Champagne - PF

Un des participants au pèlerinage, Louis Leclercq,
nous raconte ce pèlerinage haut en couleurs et en spiritualité :
nous l’en remercions !

S’il est certes un exemple unique au monde de reliquaire vitré, ainsi voulu par le roi Louis IX, nous voulons parler de la Sainte-Chapelle à Paris (1242-1248) [1], chaque église, quelle qu’elle soit, renferme l’un ou l’autre vitrail au travers duquel la lumière filtrée prend des allures surnaturelles.

Voute

Il en est ainsi des églises que nous a fait découvrir notre petit pèlerinage champenois : la cathédrale et la basilique Saint-Rémi à Reims, la cathédrale Saint-Etienne à Châlons-en-Champagne, la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul et l’église Saint-Urbain à Troyes. [2]

Chaque ville fut d’abord présentée, dans le car, par un exposé introductif assuré par l’abbé Charpentier.

ChagallSur place, nos guides excellents et passionnés, toujours ponctuels, nous ont appris ou rappelé les caractéristiques des églises régionales et notamment la présence d’un triforium vitré augmentant encore la luminosité voulue par les constructeurs de la période gothique. Par ailleurs, toutes ont connu bien des vicissitudes parmi lesquelles pour certaines, une très longue période de construction. Ce qui, lorsqu’on a conservé des éléments d’origine, est d’un grand intérêt particulièrement au niveau des vitraux dont la création s’étage alors sur plusieurs siècles. Nos guides avaient, avec ces trois églises qui se complètent bien, un matériel de choix pour nous décrire les styles et méthodes de fabrication qui se sont succédé de la période romane à la période contemporaine [3], des vitraux figuratifs aux non figuratifs. Distinction que Monsieur l’abbé Wers a utilement commentée lors d’un de nos transferts en car. Un point quelque peu contrariant restant la difficulté de distinguer le vrai vieux du faux vieux lorsqu’au XIXème, on compléta les verrières du XIIIème par des copies fidèles des parties manquantes…

La visite de la Cité du vitrail à Troyes fut une synthèse de toutes ces informations dispensées par nos guides successifs.

Par ailleurs manifestement dans beaucoup de cas, ces merveilles de verre coloré sont arrivées jusqu’à nous grâce à la clairvoyance et au courage de ceux qui ont œuvré au démontage et au sauvetage de nombreux vitraux qui, sinon, auraient été certainement détruits ou volés. Ce fut notamment le cas lors de la seconde guerre mondiale. Ayons une pensée reconnaissante pour ces personnes qui osèrent prendre des risques pour soustraire ces joyaux à la stupidité ou à la cupidité humaine !

Quelques espaces de prières, la messe dominicale en l’église Saint-Urbain à Troyes, les visites, l’hébergement et les repas, tout se succéda dans le plus strict respect du programme initial et des horaires prévus grâce à la ponctualité de notre chauffeur et à l’attention constante de Monsieur l’abbé Charpentier.

Un bien lumineux pèlerinage, donc !

Louis Leclercq

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s